Déséquipement du Gouffre Berger

du 31/08 au 01/09/2013 | Engins (38 - Isère) | France
Le contenu de ce compte rendu est masqué aux personnes non connectées.
TPST : de 8 h à 18 hVendredi 30 août : Les équipes 2, 3 et 4 se retrouve le soir à l'entrée du trou, où nous dormons à la belle étoile. Samedi 31 août : L'équipe 4 se lève à 6 h 30 et entre sous terre à 7 h 30, avec pour but d'aller à l'affluent -1000 m, puis de remonter en commençant le déséquipement. L'équipe 3 part à 8 h 30. Alex a un matériel tout neuf, dont un descendeur stop "pour tester". Résultat, il n'arrive pas à descendre le premier puits, et doit se faire passer un skiff pour bloquer le stop. Si quelqu'un veut acheter un descendeur stop tout neuf avec un passif "Berger", qu'il se rapproche d'Alex ;-). Fred et moi l'attendons un bon moment dans la salle du cairn. Nous filons à -800 m, à la base du grand Canyon. Nous nous y arrêtons pour manger un bout, et comme nous avons eu un peu d'attente à cause du descendeur stop d'Alex, et que nous avons pris pas mal de temps pour descendre (4 h 30), l'équipe 4 nous rejoint du fond alors que nous finissons notre repas. Nous leur laissons la place et remontons leurs kits (bien blindés et bien lourds). Un peu moins de 3 h plus tard, nous arrivons à -500 m, où nous retrouvons l'équipe 2, sagement regroupée dans le point chaud… depuis 15 min ! Partis à 10 h 30, ils sont descendu jusqu'au premier ressaut du réseau des Cascades (vers - 680 m). Nous les mettons dehors, leur donnons nos kits, et remontons avec eux jusqu'à -260 m, dernière place avec de l'eau courante. Pendant que l'équipe 2 remontent les puits, nous nous posons pour remanger et attendre l'équipe 4. Nous faisons chauffer pas mal d'eau, mais le froid se fait finalement sentir, et c'est avec joie que nous voyons arriver nos loulous 45 min plus tard, d'autant plus que mes intestins commencent à me tirer vers la sortie ! La encore, nous les délestons de leurs kits, et remontons devant eux. Les kits sont très lourds, et la remonté des puits et le passage des méandres (pourtant loin d'être difficiles) se font lentement. Je suis devant, avec une forte envie de ressortir… Au sommet du puits Gontard, j'attends mes deux compères, et lorsqu'ils arrivent, je leur demande s'ils veulent que je les attendent. La réponse est négative, alors, j'attaque le second méandre, et arrive au bas du puits du cairn. J'ai pour idée de commencer à grimper, et d'attendre au premier frac, ils ne devraient pas tarder à arriver. Mais mes intestins me rappellent à l'ordre et me plient en deux, alors, je remonte jusqu'à la surface sans m'arrêter. Je sors à 22 h 30, et retrouve l'équipe 2, sortie à 21 h 45, attablée devant une montagne de bouffe. Une fois mieux, j'hésite à me rehabiller et redescendre parce que mes coéquipiers ne sont pas encore sortis. Je vois alors Clément sortir seul (23 h), à ma grande surprise. C'est juste qu'il a trouvé qu'il était fatigué et qu'il est ressorti devant. Je demande s'il y a besoin d'aide, il me dit que pas spécialement, que les autres sont au puits du Cairn qu'ils ont des kits lourds (tiens, c'est bizarre…), mais qu'ils arrivent ! Finalement, les autres sortiront à minuit trente. Ils ont tiré les kits dans les derniers puits au polie-trac à cause de leur poids important ! Tout est déséquipé. Il y a 13 kits. Fred D. a même trouvé le temps et l'envie de remplir un kit de merdouilles (ferrailles) et de le sortir. Bravo ! L'équipe 1, arrivée le matin même, est entrée vers 11 h, est allé jusqu'au sommet de la cascade du petit général (vers -350 m), et est remontée, puis est retourné dormir aux voitures. L'équipe 2 les a croisé à leur sortie, mais les 2 kits de cordes qu'ils avaient remontés sont restés au bord du trou. Un petit feu, une petite soupe et dans le duvet pour une nouvelle nuit à la belle étoile. TPST équipe 1 : ??? TPST équipe 2 : 11 h 15 TPST équipe 3 : 14 à 15 h TPST équipe 4 : 18 h Dimanche 01 septembre Cette fois-ci, pas de réveil, mais quand même, à 9 h, tout le monde est debout. Après le petit dèj, nous chargeons les sacs, et 13 kits lourds pour 11, ça fait des sacs lourds. Nous mettrons pas mal de temps pour remonter aux voitures. Nous descendons laver toutes les cordes et tous les amarrages à la confluence du Furon et du Bruyant. Cela se termine par un bon picnic à l'ombre. Pendant que les savoyards et les lyonnais rentrent chez eux, Jonathan et moi remontons le Bruyant pour nous dérouiller les jambes et aller voir la jolie résurgence du même nom (résurgence du massif du Moucherotte et du Pic Saint Michel). Retour à Grenoble vers 17 h.

Participants à l'activité

Clément BClément B.
Stéphane LStéphane L.
Xavier RXavier R.
Vincent SVincent S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *