Plongée dans les amonts du souffleur

du 05/04 au 06/04/2014 | Saint Christol d'Albion (84 - Vaucluse) | France

Avec Xavier, nous partons le vendredi soir et covoiturons à partir de Valence. Nous dormons à 10 minutes du trou Souffleur dans la forêt. Le lendemain, tout le monde se retrouve entre 8h30 et 9 h au bord du trou. Il y a pas mal de monde pour cette dernière sortie de la saison et nous en profitons pour descendre le maximum de matos de plongée. Nous chargeons donc nos amis du GSBM qui prévoient de continuer une escalade dans un affluent proche de l’amont. En tout, nous descendons donc 4 bouteilles de 4 litres, une paire de palme, 8 kg de plomb et deux combi néoprènes qui resterons au fond. Les kits sont lourds à la descente, mais nous savons que nous ne remontrons que nos lampes et nos détendeurs, ça rassure !
Nous rentrons sous terre entre 10h30 et 11h et la descente se fait sans encombre. Les derniers arrivent vers 14h au bivouac vers -600m. Après une collation rapide, nous refaisons le point du matos et allons tous vers l’amont. Arrivé au siphon, nous nous séparons en trois équipes : La première part continuer les escalades dans l’affluent. 200 m ont déjà été escaladés et ça continue à monter ! La seconde est censée faire la topo derrière la première équipe, mais devant les chutes de pierres fréquentes, elle préfère jouer la sécurité et se mettre à l’abri. Au retour, Xavier et Patrick repèrent une escalade qui pourrait permettre de shunter le siphon amont. Avec Isabelle et Damien, nous consituons la troisième équipe. Nous franchissons le S1 (100 m ; -17 m) sans encombres. De l’autre côté, nous abandonnons une partie du matos et ne gardons que 4 bouteilles de 4L que nous voulons déposer devant le S2. Nous progressons dans la rivière, qui coule plutôt paisiblement dans une belle galerie de 4 mètre de large par 20 à 40 m de haut. Nous arrivons enfin devant la grande cascade : le collecteur du souffleur tombe du ciel dans une ambiance impressionnante. L’escalade a été réalisée entre 1995 et 1998. 140 mètres de puits ont été remontés jusqu’à atteindre le déversoir de la rivière. Depuis, tous les amarrages en zycral ont été littéralement réduits en poussières par la corrosion et Damien Vignoles, Laurent Chalvet et Manu Tessane ont refait et rééquiper l’escalade en plusieurs sorties en 2013 et 2014. C’est donc sur un équipement neuf et relativement confortable que nous nous élevons dans ce puits sans fin. Nous finissons enfin par arriver à la « vire sommitale » d’où il nous faut redescendre d’une vingtaine de mètres pour atteindre la rivière qui gronde dans des ressauts avant de faire le grand saut. Ambiance garantie !!! Isabelle s’installe au sommet de la vire tandis que nous amenons les bouteilles le plus loin possible avec Damien. Dans toute la première partie de la galerie, nous progressons sur des vires pour éviter les cascades et les marmites bouillonnantes. Nous laissons les bouteilles dans une zone hors crue et poursuivons jusqu’au siphon, environ 200 m en amont. Ce dernier est magnifique et invite à la plongée. Un fil est en place, Fredo Poggia avait exploré la suite sur plusieurs centaines de mètres. Avant de siphonner, la galerie fait 4 mètre de large pour une dizaine de mètre de haut, ça promet de belle continuations !
Nous voulons faire la topo au retour, mais le niveau à bulle de la boite topo s’est vidé de son liquide… On maudit un peu les fabricants de ces instrument et on rentre du coup rapidement retrouver Isabelle. Le retour dans le canyon est magique : tous les ressauts se sautent (la plus grande doit faire 4 mètres) et c’est ambiance gournier en puissance 10 ! Nous redescendons ensuite les grand puits et refranchissons le siphon sans encombre. De l’autre côté, nous sécurisons les bouteilles que nous laissons sur place (nous n’avons consommé que 40 bar sur une 7L). On arrive juste à l’heure pour l’apéro et le bœuf bourguignon au bivouac : c’est du grand luxe ! Une heure plus tard, l’équipe de grimpeurs revient de sa tache : ils sont encore montés de 30 m à 40 m, mais le plafond est toujours invisible… Ils estiment les dimensions du puits à 20 m de diamètre et à 200 m de haut… Ça laisse rêveur !
Une bonne soirée et une bonne nuit plus tard, tout le monde participe au rangement du bivouac et à la sécurisation du matériel laissé sur place : c’est la dernière sortie de la saison et toute la galerie s’ennoie lors des crues majeures… Ca fait du boulot. Les matos s’entassent dans les kits et les gens s’échelonnent à la remontée. Avec Xavier et Isabelle, nous partons vers 10 h. J’ai un kit un peu lourd, mais je reste confiant au début. La montée jusqu’au méandre de -200 m est toujours aussi belle et se fait relativement rapidement. Nous attaquons alors le méandre le l’Ankou et le kit devient mon pire ennemi… Je ne suis pas habitué aux trous chaud et celui-ci l’est vraiment trop pour moi !!! Je perd patience, force un peu et les 200 m de méandres paraissent interminables. Je crois que je me fais mon record de bleus sur cette sortie. Nous nous perdons aussi un peu sur la fin du méandre, Isabelle s’amuse à faire du toboggan involontairement. Nous tentons aussi de faire un peu de première, mais Estelle est déjà passée par là alors ça ne vaut pas le coup de continuer ;o). La reste de la remontée se fait à allure un peu plus réduite, la fatigue se faisant sentir… Nous retrouvons finalement un soleil éclatant à 17h et la bière est bien appréciée ! Damien sort 1/2 h après nous. On a été surpris qu’il ne nous ait pas rattrapé plus tôt. En fait, il en a un peu chié dans le méandre de l’Ankou… il faut dire qu’avec trois kits pour lui tout seul, c’est pas si évident ;o).

Avec Xavier, nous partons avant que les derniers ne remontent (ils déséquipaient les puits de -600 m à -200 m dans la foulée) car il ne faut pas rater la fermeture des caves de Vacqueyras ! Une fois le plein de bouteille fait, nous remontons dans nos logis respectifs, après un un week-end bien rempli !!!

Un grand merci au GSBM pour nous faire partager la magie du Souffleur. Un grand merci aussi à Damien et à Manu pour nous avoir embarqué dans cette aventure qui risque de durer encore pas mal de temps ! Nous avons atteint l’objectif de la sortie à moitié seulement (portage des bouteilles, mais pas de topo). Les prochaines sorties seront donc consacrés à de nouveaux portage, à de la topo et la plongée des siphons amont pour continuer la topo et enfin faire de l’explo au delà des terminus précédents… Rendez-vous en octobre pour les prochains épisodes !!!

TPST : 30 h

Participants à l'activité

Stéphane LStéphane L.
Xavier RXavier R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *