ain deux trois partez!

du 30/10 au 01/11/2017 | Innimond (01 - Ain) | France

Pour cet aqueduc de toussaint j’ai invité quelques amis speleo de mon ancien club du nord (SCF) à venir découvrir les classiques de l’Ain. Nous logerons au gîte de l’ASNE à Innimond que l’on réserve auprès de Patrick Peloux.

Mes 3 collègues arrivent dimanche soir, judith et moi les rejoignons lundi midi sous terre alors qu’ils ont déjà attaqué la Falconette par le gouffre de la Rochance.

jour 1: la falconette par le gouffre de la Rochante.

Les kits sont préparés pour rien, le gouffre est équipé, l’entrée est encore fléchée ce qui nous épargne une recherche pas évidente (sans doute du congrès de Nantua)

Nous les croisons alors qu’ils attaquent déjà la remontée du dernier grand puit, problème technique d’éclairage et biologique d’intestin… du coup ce sera un aller retour rapide pour nous 2. Ils ont quand même pu apprécier la beauté des puits et des plafonds. Ici jean marie dans la galerie d’ordonnaz (photo par Daniel B)

TTPST 5h pour daniel, alain et jean marie, 2 h pour judith et moi

Jour 2 : Grotte Moilda

Une classique que je n’avais jamais faite, l’entrée se trouve facilement, dans une barrière rocheuse à la droite d’un grand pré entouré par les chemins. Au fond à droite sur cette photo

Nous équipons rapidement les puits d’entrée et descendons les ressauts sans tous les équiper jusqu’au dernier avec le pendule final pour éviter le petit lac (une simple mare ce jour là) puis on se retrouve dans une petite pièce de 10mx10 a peu prés et nous nous engageons dans un petit boyau d’abord horizontal suivi d’un ressaut et d’une étroiture en colimaçon descendant.

Judith dans l’étroiture du colimaçon. (photo daniel B)

Jean marie et judith préfèrent s’attaquer aux rillettes et remonter tranquille tandis que Alain, daniel et moi continuons l’aventure. Nous sommes encore à portée de voix quand ion comprend que le pot de crème fraîche a été confondu avec celui des rillettes…ce sera pain crème fraiche au repas!

On tombe vite sur un fil de détonateur qu’on va suivre jusqu’au bout, dans la boue, la surboue, la boue puissance 4! On ne voit quasiment pas de roche et par moment il faut carrément passer sans s’arrêter faute de s’enfoncer au delà des bottes. On voit bien que ça ne colle pas avec la topo et les cordes (inutiles d’ailleurs) mais le fait de descendre nous pousse à continuer. Arrêt sur étroiture pourtant déjà agrandie au vu des traces et sur fin du fil déto. Je comprendrai plus tard que nous avons loupé la suite qui mène à la salle pétrière par un passage bas en laminoir de la salle du repas. S’il y’a une galerie de la boue dans la Moilda nous l’avons faite!

Remontée en déséquipant en un peu moins de 3heures pour retrouver le plancher des vaches, les vaches, jean marie et un réchaud avec du café chaud 🙂 Judith a décidé de rentrer à Innimond à pied en suivant le chemin.

Profitant du coucher de soleil nous passons la prendre au gîte et filons au dessus du village vers l’aire de décollage des parapentes qui propose aussi une table d’orientation et une vue à couper le souffle sur le Mont blanc!

Avant de rentrer nous ferons aussi la visite de l’église et du tilleul multicentenaire de Sully (histoire étonnante du village à découvrir si vous y allez)

TTPST : 6h

Jour 3: à l’attaque du Crochet

Depuis les JNS et ma rencontre avec jens des troglos nous avons dans l’idée de faire cette traversée. le niveau d’eau exceptionnellement bas s’y prête particulièrement. Il se trouve que Jens et 3 autres troglos s’y rendent ce matin, Fred Augey et moi même avions convenus de nous y retrouver le même jour lors de la dernière réunion du club.

C’est donc à 6 que nous partons affronter les VM et autres laminoirs aquatiques. Jean marie et Alain vont visiter le niveau sup et le sup-sup ,

Daniel est rentré sur Vitrolles tôt dans la matinée et judith part faire le circuit de rando en boucle par le chemin qui passe devant les 2 entrées et le bas de la vallée.L’entrée m’impressionne toujours par le travail d’agrandissement que ça a du représenter!A côté de ça la suite est vraiment idéale pour s’amuser quel que soit son niveau.

Nous atteignons le bas du P32 à peine mouillés (c’est dire la sécheresse!), enlevons nos baudriers et grimpons dans la faille 2 m au dessus. Conforté par la description que stef nous en avait faite dans les échanges de mails nous bous engageons résolument dans la suite , étroite mais sans plus et heureusement à peine parcourue par une laisse d’eau. Un petit baquet nous oblige à tremper jambes et bras en étant à 4 pattes puis le laminoir et on se retrouve déjà dans le réseau inf au pied d’un méandre équipé pour la remontée et la vire qui s’ensuit. Cécile et Jens ne boudent pas leur plaisir et décident de remonter par le même chemin qu’à l’aller et de déséquiper dans la foulée. Nous autre faisons la traversée « classique » et atteignons le porche en falaise après 9 minutes de 4 pattes dans une galerie sans la moindre trace d’eau.

On remonte au sup, avalons quelques sandwiches et partons explorer le sup sup (une première pour moi)  J’avoue que je ne m’attendais pas à une telle débauche de concrétions, en fait c’est magnifique! A refaire avec un appareil photo et quelques flashes assurément! Je réussis à faire tomber mon pantin dans un trou de 30 cm de diamètre au sortir de l’étroite en chicane et j’étais encore en train de proférer des jurons quand MissGyverHelène (un futur thème de stage?) me tendait un crochet astucieusement confectionné avec sa pédale et un mousqueton kaouétché à l’extrémité : Pêche réussie du premier coup, merci Hélène! Nous passons le laminoir (5 cm d’eau sous des cailloux) et arrivons à la voûte mouillante (40cm d’air) que seule Hélène fera en aller retour.

En redescendant nous retrouvons Cecile et Jens au déséquipement du ressaut. Ils ont tenté de shunter l’étroite en hauteur en empruntant le passage bas où Gaé a faillit se noyer. Vu le peu d’eau c’était jouable, Jens y a laissé son baudrier et a renoncé sur cage thoracique bloquée, Cécile s’y est balladé en aller retour pour récupérer le harnais de Jens et nul doute qu’elle eut pu traverser si elle n’avait pas voulu laisser Jens seul de l’autre côté.

TTPST : 7h

18

Participants à l'activité

Frédéric AFrédéric A.
Frédéric AFrédéric A.

Un commentaire sur “ain deux trois partez!

  1. En effet dans la Moilda vous avez fait la galerie de la boue d’Ain qui succede au meandre des gours d’Ain depuis l’entrée.
    Le fond après les extremes est beaucoup plus propre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *