Ascension du Mont Aiguille (Vercors)

le 15/09/2019 | chichilianne (38 - Isère) | France

Sud Vercors , à hauteur de Valence.

Samedi promenade sur et autour du lac de Monteynard avec ses fameuses passerelles himalayennes.

Nuit dans un gîte proche à Pellenfrey avec vue sur le mont

et dimanche matin départ pour le mont aiguille, certains faisant de la rando avec judith,

Patrick et moi pour l’ascension. Nous partons du pont de Pellas vers 10h30, par le nord ce qui change de la voie d’approche habituelle partant de Chichillianne au sud .Pour avoir testé les 2 approches aucune n’est plus rapide que l’autre, 2h à la montée (700D+) et 1 h à la descente.

Le mont aiguille est considéré comme l’emblématique berceau de l’alpinisme depuis son ascension en 1492 par Antoine De Ville capitaine de Charles VIII, son équipe et ses échelles (probablement par les fractures menant aux tubulaires – là où on redescendra) . Il est équipé sur sa voie normale partiellement par 4 chemins de câbles sécurisant une grimpe qui reste de la grimpette tout le long des 300m de D+ ; la descente nécessite 2 rappels de 35 et 50 m. Le plateau peut facilement accueillir des bivouacs mais les matinées sont fraîches (on est à plus de 2000 m quand même)

Prévoir une marge de 6h pour l’ensemble car l’attente est toujours trés longue avec la fréquentation (seuls je pense 3 heures devraient suffire)

l’ensemble restant assez aérien le principal danger serait le vertige ou les chutes de pierres (nombreuses cordées tous les jours!) l’assurage est facile, les relais nombreux.

Nous attaquons la rampe d’accès à 12h30 après avoir revu les consignes , patrick faisant ici son baptême d’escalade. Je commence avec une longueur de 20m afin de rester à vue et patrick m’assure puis me rejoint au relai et ainsi de suite . N’ayant qu’un seul reppeto que je lui ai passé je me débrouille avec un bloqueur pour l’assurance depuis le haut (nickel!) et j’utiliserai mon descendeur speleo pour le rappel (sur la 8.5mm en simple ça file vite!). Une fois rassuré sur la technique de mon coéquipier j’utiliserai les 50m de corde pour minimiser les relais et avancer plus vite (cordées devant et derrière). Une alternance de ressauts et de cheminées entrecoupées de vires nous mène après 4h (1 h de plus que prévu mais le début a été lent) à la prairie sommitale.

en arrière plan la tour de la vierge qui marque la fin de la première partie.

mission accomplie!

petit repas (ou plutôt 4h) avant d’attaquer la descente, nous sommes en retard sur le programme et j’aime autant rejoindre le parking avant la nuit.

100m après la voie sur la droite on descend un immense éboulis en faisant trés attention de ne pas balancer de cailloux sur ceux de devant pour rejoindre 200m plus bas les départs des rappels. Au passage vers le milieu aller voir en rive voie gauche (vire et sente bien marquée) le fameux arche et le panorama sur le vercors.

Nous négocions d’utiliser les cordes pour 2 cordées de 2 afin de gagner du temps. En rappel sécurisé au machard Patrick se débrouille comme un chef!

le premier rappel

Le deuxième rappel est long à descendre , 2 bouquetins aux énormes cornes nous observent puis nous font admirer leurs talents d’équilibristes pour nous faire patienter.

le deuxième, plein vide de 50 m

Le soir commence à tomber et la fraîcheur s’installe, il est temps d’y aller! un dernier ressaut à désescalader et nous voilà de retour dans le pierrier de bas de falaise où Un troupeau d’une quinzaine de chamois s’y promène tranquillement.

quelques uns des nombreux chamois que l’on finit toujours par trouver quelque part.

2 heures quand même ont été nécessaire pour descendre du sommet, dont 1 bonne heure d’attente ; nous mettrons seulement 40 minutes en mode trail pour rejoindre le parking à 20:30 juste à temps pour éviter d’allumer les frontales!

 

2h marche approche+6h du pied de la paroi au pied de la paroi + 1h retour

Participants à l'activité

Frédéric AFrédéric A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *