CH3 : Le grand plongeon…

du 08/12 au 11/12/2016 | Samoëns (74 - Haute-Savoie) | France

Rappel des évènements :

septembre 2016 : lors d’une visite d’explo, nous découvrons que le siphon aval est désamorcé, nous forçons le passage et découvrons la suite qui est derrière : un beau P25. Arrêt sur manque de matériel.

Octobre 2016 : Nous remontons avec pas mal de matos pour équiper de la verticale mais aussi des tuyaux et une pompe pour sécuriser le passage du siphon. Les conditions extérieures sont déplorable (pluie sur neige) et nous trouvons un siphon de nouveau en charge : impossible de pomper l’eau (l’évacuation est post siphon).

Décembre 2016 : Cette fois-ci, siphon ou pas, nous passerons : nous sommes équipé d’une combi néoprène et de ce qui va avec, afin de passer en apnée et poser les tuyaux d’évacuation…

Jeudi 8 Décembre :

Je passe prendre Fred JR chez lui vers 15h30 et direction Samoëns. Nous arrivons au refuge vers 21H.

Nous préférons dormir au chalet et finir la montée le lendemain.

Vendredi 9 Décembre :

Réveil tardif à 10h. Comme d’habitude, nous déjeunons copieusement en préparant nos sac (copieux, eux aussi !), puis nous nous élançons à l’assaut du vallon des Chambres…

Nos atteignons enfin le CH3 et sa zone de bivouac vers 17h, en même temps que la nuit.

Nous montons donc le camp à la lueur des frontales.

Karx, lui, pendant ce temps, est sur la route entre Lyon et Samoëns, il doit nous rejoindre le lendemain…

De notre coté, avec JR, nous décidons d’aller faire un tour au CH3, d’une part, pour faire le plein flotte (seul lieu dans la zone, où l’on trouve de l’eau à l’état liquide), et d’autre part, pour vérifier l’état du siphon et planifier la sortie du lendemain.

Nous rentrons sous terre, il est 19h, direction le siphon. Toutes les cordes lovées en tête de puits entre -10m et -40m sont prises dans des blocs de glace(nous avons tous déséquipés en repartant).

En arrivant en haut du dernier P10, nous n’entendons pas comme la dernière fois, le bruit de la rivière. En effet, celle-ci se présente sous forme d’un petit filet d’eau. Nous nous précipitons au siphon et là, une vision de bonheur: il passe! il est complètement désamorcé.

Nous commençons par installer les tuyaux pour les prochaines fois et allons équiper la vire du P25 qui fait suite.

Nous ressortons ensuite en faisant un crochet à la salle du robinet pour y faire le plein flotte et sommes dehors à 22h. Nous dégustons un bon petit repas lyophilisé avec trou normand à la soupe et extinction des feux à 1h.

TPST: 3h

Samedi 10 Décembre :

Levé comme la veille à 10h. Nous déjeunons, nous préparons et descendons à la rencontre de Karx. Nous le retrouvons dans la grande plaine à la sortie du lac. Nous le délestons d’une partie de son sac et finissons ensemble la fin de la montée.

Une fois la tente posée sur la neige, et les affaires rangées, nous nous attablons sur un banc de rochers et pic-niquons à l’ombre du Criou. Au vue des températures extérieur, nous serons mieux sous terre; c’est pourquoi nous laissons à Karx, à peine le temps de se remettre de sa montée, pour se changer et s’engouffrer dans le CH3.

Nous atteignons rapidement le siphon, qui aujourd’hui présente une flaque en son fond. Nous ferons passer la pompe avec nous, des fois que…

Nous formons deux équipes : Fred et Karx à la topo, et moi à l’équipement.

Alors que je commence mon premier trou au perfo, celui-ci refuse de passer en mode marteau… Le sort s’acharne contre nous! Mais qu’a cela ne tienne, il en faut plus pour nous décourager. Je passe en mode manuel et sort la trousse à spits et continue la vire, pendant que JR essaie à « coup de coup » de réparer l’engin. Pendant ce temps Karx en profite pour faire une petite sieste à la fraiche.

Au bout d’un certain temps, alors que je fini le deuxième spit, un bruit profanateur vient rompre le chant du marteau : le perfo est réparer!

Le P25 donne dans un petit méandre de quelques mètres, avant de ressortir de nouveau sur une faille entrecoupée de puits et de petit méandres. Nous sommes presque toujours sur corde. J’enchaine l’équipement tandis que JR et Karx se battent cette fois-ci avec le laser-mètre, qui fait des siennes…

Nous stoppons la première sur manque d’amarrage. Nous sommes dans une faille qui continue à plonger dans les profondeurs, avec un vrai gros courant d’air(frais!). Le carnet topo annonce une centaine de mètres de première, dont une bonne partie en verticale : le trou vient pour la première fois de doubler sa profondeur…

Nous laissons 30m de cordes et rebroussons chemin.

Karx ressort directement pour se coucher, Fred va chercher de la flotte à la salle du robinet, et moi je ressort en déséquipant la zone de -40m à -10m. La sortie se fait dans le froid, mais sous un beau claire de lune saupoudré d’étoile.

TPST : de 10h à 11h

Dimanche 11 décembre:

Réveil à 10h pour pas changer, nous prenons un petit déj’, puis nous plions le camp. Petite pause au refuge avec réfection des sacs, rangement, nettoyage et retour dans la vallée puis arrivée sur Lyon à 20h.

Bilan : super sortie et vivement le mois de Juin, qu’on y retourne !(cette fois-ci sans néoprène ;-))

TPST: 14h

Participants à l'activité

Frédéric AFrédéric A.
Gaëtan PGaëtan P.

Galerie photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *