Grotte de la Lutinière

le 06/12/2020 | Fontanil - Cornillon (38 - Isère) | France

Le confinement d’allégeant un peu, nous décidons de nous remettre dans le bain et de mouiller le matériel de plongée. Nous avions hésité à la faire la semaine précédente, mais j’avais le nez et les sinus bien pris, j’avais peur que mes oreilles ne passent pas. Nous prévoyons d’aller voir les points d’interrogations que nous avions laissés dans le S2.

A 15 h 30, nous sommes à l’entrée de la grotte. Le S1 est plus clair que pour les précédentes plongées, nous avons environ 3 m de visibilité, nous voyons les parois ! Sur le chemin, Steph répare le fil au point bas et retrouve le dévidoir que j’avais perdu. En fait, ce n’était pas, comme je le pensais, un des axes qui s’était dévissé, mais bien la poignée elle même qui avait cassé net…

De mon côté, j’ai du mal à descendre, et aussi à remonter, mes oreilles me font souffrir, mais je traverse quand même le S1. A sa sortie, je dis à Steph qu’il n’est pas raisonnable que je plonge le S2. Je l’accompagne donc en le soulageant de ses palmes et de son relais (4 l), puis l’attends au bord de la vasque du S2.

Le S2 aussi est assez clair dès le départ, enfin, moi, c’est la première fois que je vois la vasque aussi claire… Steph part dans la salle sur Faille du S2 et arrive au bout du fil an bas de la salle. Il raboute son dévidoir et s’engage dans l’étroiture, puis dans la petite galerie plus large que haute qui lui fait suite. Cette galerie est encombrée de bloc et d’argile. Visiblement, il y a rarement du courant ici. Au bout de 8 m, l’argile et les rochers empêchent toute pénétration. La visibilité se dégrade rapidement. Steph décide de faire demi-tour en rembobinant son fil. Tiens, il n’y a pas de résistance… Quelques tours de manivelle plus tard et après 1 m de fil rembobiné, le bout du fil arrive… Le noeud pour rabouter a du se défaire sous la traction… Heureusement, même si dans les blocs la navigation n’est pas simple, la galerie n’est pas complexe et il suffit de suivre la touille pour revenir… De retour au précédent terminus, Steph déséquipe l’ancien fil jusqu’au croisement, puis rentre bien sagement vers le départ du S2.

Nous ne trainons pas, et revenons vers le S1. Je galère de nouveau à la passer, que ce soit dans les phases de descente ou dans les phases de montée. Pourtant, je cherche au maximum à être en haut de la galerie… Nous arrivons aux voitures à 17 h 30.

Conclusions : Nous avons pris une bonne leçon d’humilité, cette sortie s’est finalement bien passée, mais elle nous a rappelé que même si nous nous sentons chez nous, il nous faut rester très vigilants, et avoir du gaz, ça rassure !

Ceci-dit, ça nous fait quand même un point d’interrogation de moins. Il ne reste que le petit départ à 25 m de l’entrée du S2, et bien entendu la suite du S3 à explorer. La cavité passe à 512 m de développement pour 40 m de profondeur. Pour ceux qui sont intéressés, la nouvelle topographie est sur la page des topographies de Chartreuse : https://www.groupe-speleo-vulcain.com/explorations/topographies-effectuees-par-le-club/cavites-de-chartreuse/

Pour la prochaine plongée, il faudra peut-être bien regarder la dalle verticale qui forme la seconde étroiture dans le S2 : Steph a tenté de la bouger à la main, elle ne parait pas bouger, mais pourtant, elle a l’air de tenir sur rien, et il ne faudrait pas qu’elle bouge et se coince mal alors qu’une équipe est à l’amont. Peut-être faudrait-il tenter de la chatouiller avec une massette et un burin. Soit elle glisse est bouche le passage, soit ça supprime l’étroiture, ce qui ne serait pas un mal. En tout cas, une plongée pour sécuriser cette zone ne serait peut-être pas un mal…

TPST : 2 h

Participants à l'activité

Stéphane LStéphane L.
Xavier RXavier R.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *