Grotte de la Lutinière

le 27/12/2020 | Fontanil-Cornillon (38 - Isère) | France

Nous profitons de la vague de froid pour retourner à la Lutinière : le niveau de l’eau est 80 cm au dessus de l’étiage. On hésite, mais ça parait quand même jouable. Rendez-vous à 8 h 30 sur le parking. Ma mère nous accompagne pour compléter l’inventaire des petites bêtes de la Chartreuse : elle fouillera de fond en comble toute la galerie d’entrée.

Nous nous immergeons à 9 h 30, muni d’un bi 6 L et d’un relais de 6 L chacun, le tout à 300 bars. La visi n’est pas très bonne (~1,5 m), mais cela ne pose pas de soucis. Le S1 est franchi rapidement. L’intersiphon est franchi plus laborieusement et le parcours du S2 est toujours aussi bien rythmé par ses étroitures… Nous abandonnons notre relais à la sortie du S2 puis hissons le reste de nos blocs au sommet du R3 qui nous permet de sortir de l’eau. Tout ça pour les redescendre 10 m plus loin dans le R3 qui permet d’accéder au S3… Tout ça pour ça ;o).

Nous voici enfin devant notre objectif : la dernière fois, j’avais plongé le S3 sur 65 m de long et arrêt sur manque de fil à -22 m. Le niveau est un peu plus haut, mais c’est surtout la visi qui est bien moins bonne. Mais nous avons du fil et des bouteilles pleines ! Nous fixons une profondeur maximum de 40 m, nous avons un peu peur des paliers et du froid associé.

Plouf, c’est parti ! Nous arrivons rapidement au terminus et raboutons le dévidoir. La galerie continue à descendre, tout droit. -25 m… – 30 m… – 35 m… Je commence à ne plus y croire, mais à -38 m, nous arrivons enfin au carrefour tant attendu ! Une galerie part sur la gauche, le long du pendage remontant. Nous nous y engageons sans hésiter !  C’est tout droit. -35 m… -30 m… – 25 m… Nous remontons enfin à des profondeurs plus raisonnables. Un grondement sourd se fait entendre. Est-ce le bruit d’une cascade ou celui des bulles qui dévalent le plafond ? Nous attendrons la prochaine sortie pour répondre à cette question. Arrivés à -20 m, nous décidons d’en rester là, on va garder un peu d’air pour les paliers !

Le retour se fait sans encombres, mais avec une visibilité très réduite. Nous nous en sortons avec seulement 4 minutes de paliers à la sortie du S3, sans même avoir trop froid ! Nous remontons le R3 et tractons nos blocs en tentant de faire le moins d’effort possible, mais ce n’est pas évident ;o). Le retour du S2 se fait sans encombre et je croise même des niphargus. Malgré le temps consacré au palier de sécu, je n’arrive à en attraper qu’un seul pour ma mère. Puis le traditionnel intersiphon et finalement le S1, avec encore 3 minutes à chercher les petites bêtes à -3 m. Il est 12 h, pile à l’heure et ma mère à juste fini sa chasse aux bébêtes !

Au final, c’est une bonne plongée et l’objectif fixé a été atteint. 75 m de mieux, le S3 mesure maintenant 140 m (-38 m) et malgré l’arrêt à -20 m, nous avons bon espoir de pouvoir le franchir lors de la prochaine sortie ! En espérant ne pas tomber tout de suite sur un S4 car entre les étroitures, le profil en yoyo des siphons, les ressauts à monter et à descendre, et le point bas à -38 m, ça commence à faire des plongées pas si simples que ça ;o).

A bientôt pour de nouvelles aventures !

La topographie est sur la page des topographies de Chartreuse : https://www.groupe-speleo-vulcain.com/explorations/topographies-effectuees-par-le-club/cavites-de-chartreuse/

TPST : 2 h 30

Participants à l'activité

Josiane LJosiane L.
Stéphane LStéphane L.

Galerie photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *