Grotte VALLIER

le 15/12/2018 | Saint Nizier (38 - Isère) | France

Sortie vulcains dans un des joyaux souterrains du Vercors: la grotte Vallier qui se situe à la base de la falaise de la face nord-est du Moucherotte (1901 m) – vers 1500 m d’altitude.
Le porche d’entrée est accessible après une longue marche dans les bois et une courte escalade rendue délicate par la neige (harnais et corde nécessaire pour la descente). Il est aménagé depuis l’époque gallo romaine et probablement occupé déjà bien avant avec une vue sur la dent de Crolle et le Mont Blanc qui nous relie aux origines.
La suite n’a été rendue accessible qu’après de laborieuses désobstructions de la fin du siècle dernier et des recherches sont toujours en cours.

En direct de la fin de l’AG le vendredi soir, Antoine et Patou embarquent Stéphane dans leur nouveau nid Grenoblois tandis que Clement et moi partons dormir en avant poste chez Laurent. RdV est pris pour le départ de la marche d’approche sur la route de St Nizier le lendemain à 8h30. C’est dans une bonne fraîcheur toute hivernale que nous attaquons à l’heure dite la montée vers Moucherotte en passant près des Trois pucelles et de Poussebou ce qui ne manqua pas de donner lieu à des commentaires que je vous laisse imaginer..Des traces de la veille nous facilitent la montée dans un petit 10 cm de neige, arrivés au pied de l’escalade sous le porche nous croisons opportunément une équipe de 3 jeunes de Seyssin , plus alpins que souterrains au vu de leur équipement et de la piètre réussite de leurs explos nocturnes – pas posé une corde et pas trouvé la suite – venus passer la nuit dans la grotte et qui descendent en rappel, en sécurité sur leur corde Clément monte installer une des notre pour faciliter la montée.

On s’équipe avec une magnifique vue sur une mer de nuages d’où émergent Chamechaude, la dent de Crolle et le Mont blanc.

Clément est dejà venu et nous trouvons rapidement la suite, au vrai pas évidente (en gros monter à gauche au début) mais assez bien signalée dès lors qu’on a trouvé le départ. La descente jusqu’à -300 se fait moyennant quelques petits puits pas bien méchants, des ramping qui le sont un peu plus et de la désescalade franchement sympa.

La grotte est dite sèche car la falaise a été érodée et le trou a depuis longtemps perdu ses amonts. Néanmoins nous trouverons de l’humidité dés les premières descentes et même quelques filets actifs plus bas. Nous avons prévu de descendre le fameux P100 dit black hole après une excursion dans la galerie des aragonites. c’est donc vers celle ci que nous bifurquons et posons nos sacs pour une visite époustouflante qui dans mon expérience ne soutient la comparaison qu’avec le réseau supérieur de l’aven de la Buse dans le Gard. La galerie se remplit progressivement de bouquets d’aragonites d’une finesse féerique et nous passons de longues minutes comme hypnotisés par la magie de l’endroit. Resté prendre des photos avec Stéphane tandis que les autre partent remplir leurs estomacs ce dernier remarque une corde en place et nous décidons  d’aller voir. Nous allons alors aller de surprise en surprise, au fil des galeries, petits lacs et puits remontants (tous équipés) gypse, aragonite, excentriques brillent comme dans un palais des merveille tout autour de nous.

Soudain nous réalisons le temps qui passe te faisons demi tour à contre cœur. Nous retrouvons le reste de la troupe tout piteux du retard qu’on a occasionné et qui va compromettre la descente du P100 si nous voulons garder l’heure prévue de sortie (20:30) . La remontée passe vite et nous retrouvons l’entrée à l’heure visée , les lumières de Grenoble ayant remplacé la mer de nuage.

Le chemin de retour débute sous de jolis flocons jusqu’à cette satanée limite pluie neige… Nous finissons la soirée à Meylan chez Antoine et Patou autour de bonnes bières, pâté , fromages et autre friandise au wasabi. Reprise de la route vers Lyon avec le véhicule de Laurent, puis celui de Clément et enfin celui de Stéphane, tous allégés d’un participant à chaque changement et retour at home vers 2h du matin.

Les splendeurs que recèle cette cavité sont piètrement rendue par les photographies qui suivent mais je peux vous assurer qu’elles valent largement les dix heures d’efforts pour y arriver! Merci encore à Clément pour avoir proposé et organisé cette sortie.

10h

Participants à l'activité

Frédéric AFrédéric A.
Clément BClément B.

Galerie photo

Un commentaire sur “Grotte VALLIER

  1. bravo pour vos images de la grotte que je n’ai jamais vue car le 26 février 1978 si si;avec le SGCAF nous avons pris 1 avalanche de neige dans le couloir, le plus avancé de nous coincé dans un arbre par sa raquette à neige, moi-même complètement recouvert par la neige mais protégé par un arbre au dessus de moi indemne le 3° pas encore dans le couloir. Ensuite secours, Alouette CRS Alpes….
    Auriez-vous une bonne topo que je puisse voir à quoi ressemble cette belle grotte Vallier !
    Je tregarde ce que font les plongeurs spéléo chez les Vulcains, bravo, vraiment bravo sur les explos au Groin à Artemare.
    Explos superbes, typographiées et publiées chapeau!!
    J’étais chef de plongée au DRASSM en archéologie sous-marine et subaquatique ; je sais tout le travail et les efforts que cela représente.
    Bonne continuation à vous toutes et tous !

    Étienne Champelovier
    un ancien spéléo du GSV (Valence) et du
    SGCAF (Grenoble)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *