Jarjatte

le 10/06/2018 | Jarjatte, La Chapelle-en-Vercors (26 - Drôme) | France

Après une bonne nuit de sommeil et un petit dèj sur le parking des pistes de ski de fond de Méaudre, nous prenons la direction des Jarrands où nous retrouvons Jérémie. Chargement du matos nécessaire dans sa voiture et hop nous filons sous un soleil magnifique pour la Jarjatte.

Sur place, petit pain au choc pour se donner du courage; équipement rapide et hop nous sommes sous terre vers 11h.

Il y a pas mal d’eau qui ruisselle, et si l’on en trouve déjà vers l’entrée je sais qu’au fond ce sera pire. Nous sommes tous prêt à se mouiller. Arrivé au fond, les blocs se sont bien effondrés et c’est un petit lac qui s’est créé de bien 5 cm de haut. Après les efforts de la veille (exercice secours au Gampaloup), tirer de gros blocs à bout de bras dans de l’eau nécessite de poser le cerveau et de ne pas se poser de question!

Pendant que je déblaie, Jérémie et Antoine font une petite sieste au sec avant de sortir les gravats à l’aide des traîneaux. Au final, le virage que j’ai tiré s’est pas mal effondré mais le méandre reste trop étroit pour pouvoir travailler convenablement et tout évacuer. Je décide donc de tirer avant le virage pour agrandir le méandre. Je prévois seulement deux trous de 600 mm de long. Malheureusement au cours du deuxième perçage, la batterie me lâche et je n’ai aucune autre batterie. Heureusement, le premier perçage effectué au complet est celui du dessous et devrait suffire pour agrandir le passage. Le second trou étant destiné à réduire les blocs en cailloux.

Je réfléchi tout de même avant de tirer afin de savoir si j’ai de quoi déclencher le tir. Au final je pense que oui et charge. Je branche ligne de tir, et remonte avec les copains jusqu’au métro. Je tente avec la batterie et le tir part sans problème. Nous ressortons tranquillement et mangeons à moitié au soleil.

Il faudra donc revenir pour déblayer ce dernier tir et pouvoir enfin passer correctement ce fameux virage! J’ai pu tout de même passer ma tête et voir après le virage: on est sur un boyau sur-creusé, un peu plus large que le méandre que l’on avait jusqu’à présent mais dimensions extraordinaires. Le bon côté des choses est que les prochains tirs, à condition de faire du gravier, remplira le sur-creusement et nous devrions avoir moins à déblayer.

Avis aux amateurs donc, qui souhaitent passer 2 petites heures à déblayer le fond! 🙂

TPST: 2h

Participants à l'activité

Guillaume CGuillaume C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *