Le Neuvon par la porte des étoiles

le 10/04/2016 | Plombières les Dijon (21 - Côte-d'Or) | France

Le speleo club des Flandres, notre ancien club, organise un camp sur le Dijonnais cette semaine. Tandis que nombre Vulcains participent en tant que coureurs ou comme bénévoles au Lyon Urban Trail, c’est l’occasion pour judith et moi de retrouver les copains et de faire une belle sortie  souterraine.

Il sagit du réseau du neuvon sur la commune de Plombières les Dijon, commune située à la sortie ouest de Dijon après le lac Kir.

Il n’est pas très profond mais se développe sur 20km de magnifiques galeries. Longtemps accessible seulement par plongée via un siphon d’entrée il bénéficie depuis quelques années d’une  entrée artificielle creusée sur 40m depuis le plateau.  Vous trouverez plein de détails sur les personnes à contacter pour faire le trou et le récit de ce travail titanesque sur le site du CDS21: http://cds21.org/projets/pde/?r=1&L=1920&H=1080


Jean louis Merelle du spéléo  club de Dijon nous attend sur le parking dès 8:00  ; nous conduit à l’entrée (marche d’une demie heure) et nous ouvre la trappe. Il est l’un des artisans majeur du projet et nous explique avec passion les années de découverte du réseau.
L’entrée est une buse fermée à clé sous un abri de tôles de dimension confortable. Apres quelques petits puits et ressauts, un long rappel guidé sur fil de fer plastifié (poulie recommandée) suivi d’une vire avec un pendule  permet de descendre sans risque sous une trémie  pour rejoindre le réseau  quasi horizontal.

Pour l’ensemble il faut 160m de corde , en une fois ou plus simplement comme on a choisit C20+C45+C110 avec une quarantaine de mousquetons.

Arrivé en bas des puits on ne peut rater une tente en couvertures de survies qui indique le sens de progression. On aurait tort cependant de se priver d’une escapade dans la galerie opposée, dite « galerie des ours » qui correspond à une ancienne entrée naturelle dont la trace serait aujourd’hui enfouie sous le ballast de la voie ferrée. On y découvre plusieurs traces de griffes d’ours et une magnifique salle concrétionnée.

Reprenant le chemin principal nous avançons rapidement, des marques au sol (fils tendus et rubalises) tracent un chemin protégeant les fragilités locales; la chaleur est étouffante et nous serons content de trouver l’actif pour un peu de fraicheur. Nous traversons les chicanes atteignons la salle de l’oasis et, malgré avoir été prévenu, nous engouffrons joyeusement dans son affluent jusqu’à ce que son rétrécissement progressif nous rappelle à l’évidence : nous avons raté la chicane….

Demi tour et effectivement la galerie fait un demi tour et se poursuit avec un superbe profil en forme d’as de pique renversé de 10m x 10m.

Nous arrivons enfin dans la grande salle du putsch qui porte bien son nom tant on imagine qu’elle résulte de l’explosion de plusieurs bombes. Pas très haute (2 à 3 m) mais très large et longue de plusieurs centaines de mètres.

Judith et les autres vont explorer jusqu’au fond tandis que je fais quelques mètres dans le méandre qui conduit à la salle de la cascade.

Le temps ayant passé vite nous faisons demi tour là et remontons tranquillement pour une sortie sous les étoiles.

10h

Participants à l'activité

Frédéric AFrédéric A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *