Nouvelle désobstruction à la Jarjatte

le 12/05/2018 | Jarjatte - La Chapelle-en-Vercors (26 - Drôme) | France

Suite à « l’exploration » du trou de la Joie, nous décidons d’aller faire un tour à la Jarjatte afin de déblayer le tir précédemment fait avec Jérémie le jeudi d’avant et d’effectuer de nouveau un tir.

Nous nous rééquipons et entamons la descente. Rapidemment nous sentons  les gazs du tir. Cependant, peu inquiet, je décide de poursuivre jusqu’à la salle où nous déclenchons les tirs. L’odeur est toujours présente mais ne semble pas avoir d’effet sur nous ni augmenter. Par conséquent, je décide de partir devant pour vérifier qu’il était possible d’aller jusqu’au front de tir sans incident; finalement Nico me suis de prêt, bien qu’il soit très sensible au gazs. Tout se passe bien, aucun mal de tête n’apparaît.

En arrivant devant le méandre terminal, je comprends mieux pourquoi cette odeur persiste; en effet le tir précédent à très très bien fonctionné et tout est bouché. Pour rappel le méandre fait environ 30 cm de large par 50 cm de haut. Des blocs de toutes tailles sont empilés les uns sur les autres et la désobstruction s’annonce longue.

Rapidemment, je fais en sorte d’enlever en priorité les blocs situés sur le dessus afin que l’air passe mieux et que nous puissions respirer convenablement. Il me faut pour cela retirer l’amas de cailloux plus gros que le poing situé juste devant moi. Le travail commence et chacun à trouver sa place. Tout se fait dans la bonne humeur malgré l’eau dans laquelle on baigne. Cela étant, il y a nettement moins d’eau que jeudi d’avant. Nico fait de son mieux pour évacuer rapidemment les blocs afin que je puisse avoir de la place pour en remettre. Parfois il ne vas pas assez vite, alors je lui balance les pavasses dans la figure. Il grogne forcément un peu alors je me calme 😉

Finalement la désob’ avance bien mais nous sommes contraints de sortir alors que le travail n’est pas terminé. En effet, nous fixé comme objectif un bon repas gastronomique et les magasins fermant plus ou moins tôt il nous faut abréger les joies de la désob’ dans la Jarjatte. Dommage car il ne nous restait pas grand chose que ça à enlever, mais avec le perçage et le chargement des trous, cela nous aurait pris trop de temps.

Nous remballons donc le matos, sauf une partie qui est resté sur place pour la prochaine fois, et nous ressortons.

Au final, grâce à ce tir très réussi, nous avons avancé de bien 3 m environ et ne sommes plus qu’à 2 m max du virage que nous avions vu lors des dernières séances de désobstruction. Malgré cette sortie abrégée, je suis super content du tir et du travail effectué par les copains qui ont été d’une aide précieuse! Merci beaucoup à eux!

La suite nous attend, et le bruit d’une petite cascade se rapproche de plus en plus de nous. Cela confirme deux choses auxquelles je pensais:

– il est donc possible désormais d’effectuer des tirs en dehors de la période fétiche que nous avions à présent qui était l’hiver. Nous le faisions afin d’optimiser la désobstruction, faire plusieurs tirs si possible, et éviter que le tir ne bouche trop la galerie. Dorénavant un tir peut très bien se faire un week-end par une équipe, puis une seconde équipe peut intervenir le week-end suivant pour déblayer et passer. ( d’autant plus quand on a les copains du Vercors qui vous aident 😉 )

– la seconde chose est qu’il nous faut réellement un détecteur de gazs au club pour être sûr de ce que l’on fait sur la gestion des gazs

Et une dernière chose: il faut du monde et encore du monde pour évacuer les gravats. Alors n’ayez pas peur, soyez les bienvenus dans cette super aventure hors du commun et qui renforce les liens de l’amitié et venez poser votre pierre à l’édifice!

2h30

Participants à l'activité

Guillaume CGuillaume C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *