Plongée en corse

du 07/05 au 11/05/2018 | santa maria di poggio - port de TAVERNA (2B - Haute-Corse) | France

Plongée Niveau 1 – Mai 2018

Après une initiation à la plongée en octobre 2017 avec les vulcains à Sausset-les-pins, j’étais prête à aller plus loin et à comprendre cet engouement pour le milieu aquatique en passant le niveau 1.

Initialement envisagé cet été en Sicile, c’est en mai, en Corse, que ce « grand pas » dans l’eau fut franchi.

Quelques semaines avant notre départ j’ai contacté le club de plongée le plus proche de notre logement : « Costa Verde loisirs » au port de Taverna. C’est donc naturellement que nous nous y sommes rendus le samedi après-midi de notre arrivée. Non sans angoisse, nous remplissons le formulaire. Il est encore temps de reculer… mais non j’aime trop les défis, et j’ai une revanche à prendre depuis 15 ans sur ce niveau 1 de plongée… et ce stress à gérer quand l’eau entre dans mon masque, et semble m’empêcher de respirer…

Rendez-vous pris pour lundi 9h…

Lundi matin, petit stress durant les 30 minutes qui nous amènent au port. De suite, on nous explique comment gréer le bloc sur le gilet, puis nous enfilons nos combinaisons et hop ! Nous grimpons sur le bateau. Quelques explications de la séance par Laurent, notre moniteur, et après 10 minutes de bateau, nous nous amarrons à une bouée. Maintenant il faut se mettre à l’eau : bascule arrière et c’est parti. Nous testons la dissociation bucco-nasale à la surface. L’eau est claire, des posidonies partout, et quelques petits poissons venant voir les gros poissons que nous sommes. Descente en purge lente, jusque-là tout va bien. Nous sommes à 3m de fond, nous testons l’équilibrage poumons-ballast, et le remplissage de masque… Et là plus rien ne va… Je veux remonter !!! J’ai l’impression de ne plus respirer, d’avaler de l’eau ! Je remonte avec le moniteur, et après avoir respiré le « vrai air », je redescends… et on recommence : vidage de masque partiel, partiel… mais sans sérénité…

Fred plus à l’aise que moi fait un petit tour avec Laurent pendant que je remonte sur le bateau après avoir accroché mon matériel au bateau. Pieds nus, l’échelle est très glissante, heureusement qu’il m’avait prévenu !

Voilà la matinée est terminée, on y retourne à 14h !

14h : on re-prépare le matériel, la combi enfilée c’est reparti ! Toujours une petite appréhension en descendant le long de la chaîne, mais cette fois on part pour une petite balade avant de faire des exercices : perte de détendeur, remise en bouche de 2 façons différentes, récupération avec grand mouvement du bras. Ça se passe plutôt bien. Nous repartons pour une petite balade et vient le travail sur le vidage de masque : vidage partiel OK, mais quand il faut remplir le masque en entier : de nouveau une angoisse m’étreint avec une impression d’être perdue et ne plus respirer, avaler de l’eau… C’est la fin de la séance.

Nous rentrons au port en essayant de comprendre ce qui arrive, et comment le gérer.

Je passe la nuit à faire du vidage de masque en rêve… Entrainement intensif pour le lendemain ou nous allons enchainer 2 séances soit 1 h sous l’eau.

Forcément, en me mettant à l’eau ce mardi, je stresse un peu. On s’équipe dans l’eau cette fois, c’est plus doux. Sans la réussite de ce vidage de masque, je ne validerai pas le niveau 1… Nous faisons des tests de vidage de masque en surface, c’est mieux mais pas parfait… Nous partons en exploration, nous refaisons des exercices de lâcher de détendeur et de simulation de panne d’air qui se passent bien, la détente s’installe, j’admire le paysage sous-marin, les poissons, et nous arrivons au vidage de masque ! Doucement on commence par un vidage partiel réussi, puis il faut maintenant remplir complètement le masque ! Bon, quand il faut y aller, il faut y aller ! J’écarte bien mon masque du visage pour le remplir, finalement tout va bien ! Je lève la tête, et je commence à le vider, petit à petit le niveau de l’eau baisse pour disparaître complètement ! J’ai réussi !! On finit notre ballade à 5 m de profondeur, à travers la posidonie pour regagner le bateau. Finalement mon entrainement nocturne a payé ! On va pouvoir continuer à s’enfoncer dans les profondeurs…

Mercredi matin, nous changeons de lieu de plongée pour aller « aux nacres ». Moins de stress à la descente mais encore un peu. On s’équipe dans l’eau, on met les cagoules aujourd’hui car il fait moins beau et il fera un peu plus froid sous l’eau. On fait la descente purge rapide le long de la chaîne, c’est cool ! C’est moins dur de s’immerger ! Petite balade : banc de poissons, grande nacre, étoile de mer, et derniers exercices de simulation de panne d’air, gestion de l’air de nos bouteilles dans le calme, communication sous-marine, tout est OK ! Nous continuons notre ballade, mais il fait un peu froid. On remonte au bout d’une petite demi-heure en allant à la vitesse de nos bulles d’air taille « smarties », et en faisant un palier de 3 minutes à 3 m. Je suis contente d’avoir passé cette étape. Le moniteur nous félicite de notre comportement adapté en palanquée, on va pouvoir faire l’exploration à 20 m demain.

Jeudi matin, 9h nous sommes sur le port pour la dernière plongée de la semaine. Un autre plongeur niveau 1 nous accompagne. Nous serons une palanquée de 3 plongeurs plus le moniteur, et une autre palanquée plus expérimentée nous accompagne sur le bateau.

On se met à l’eau, cette fois on teste le saut droit. Un petit rappel des consignes avant de plonger, et c’est parti : descente le long de la corde en purge rapide, c’est plus long mais tout va bien : gestion des oreilles, stabilisation au fond en attendant les autres. Un mérou m’attendait au bout de la corde, il quitte son abri quand j’arrive. Et nous partons explorer ce monde du silence : aile d’avion, parpaings au fond de la mer sont autant de refuges pour la faune et la flore aquatique : mérous, chapon, poissons plats, étoiles de mer, pinces de crabe mangées par le poulpe que nous ne verrons hélas pas car parti lui aussi en balade… Mais aussi grande nacre d’environ 30cm, étoiles de mer, œil de Ste Lucie, bancs de poissons locaux… tels sont les habitants que nous avons rencontrés lors de cette sortie.

 

Bilan : niveau 1 validé et découverte d’un nouvel environnement de calme et de sérénité. Une sensation d’apesanteur et de liberté toute nouvelle, mais limitée par l’air de la bouteille… mais quand même ! Prête à mettre en œuvre cet apprentissage dans d’autres fonds sous-marins.

Judith

 

PS: à noter pour les heureux détenteurs d’un niveau 2 une belle épave à proximité : l’Alcione, un Pétrolier Italien de 521 Tx coulée en 1943 par une torpille alliée repose par 33 m de fond juste devant le port deTaverna . De quoi nous motiver pour aller plus profond!

6

Participants à l'activité

Frédéric AFrédéric A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *