Stage perf – WE1 – Aven du Marteau

le 18/03/2018 | Vallon Pont d'Arc (07 - Ardèche) | France

L’aventure commence à la lecture de la fiche d’équipement qui annonce : 2 spits pour le P12 d’entrée, 6 spits pour le P40 qui suit et 5 spits pour le P55 d’après (qui ne nécessite pas moins qu’une corde de 80 m permettant d’équiper l’entrée du puits en main courante). 5 spits pour 80 mètres de nouille ? Oui oui… Bizarre quand même

De nature prudente, je prépare les kits la veille avec 3 spits de mieux et 2 AS, au cas où… Emilien et Cécile en prennent aussi quelques-uns de secours.

Ça ne sera pas de trop, pour le premier puits je me retrouve déjà allégée de 3 spits et 3 sangles. Ça promet pour la suite ! D’autant plus que j’ai pris pas mal de sangles, mais pas les mousquetons qui vont avec… Ça risque d’être short en matos pour arriver au fond, mais on va essayer.

Le trou est peu large à l’entrée, et comme je peaufine l’équipement, il ne s’agirait pas que la corde frotte. Je mets des dev, des dev, et encore des dev. La cavité s’y prête bien (stalagtites/mites, gros cristaux en surplombs, etc, etc).

Une fois entrés sous terre, après une petite révision des nœuds et techniques d’équipement, la progression avance assez vite. Je progresse à mon rythme tout en adaptant l’équipement aux quelques conseils de notre encadrante (que je remercie  encore vivement :-)). Je prends bien le temps de visiter le niveau intermédiaire vers -50 en attendant Emilien et Cécile qui finissent d’équiper le P47 sur broches.

C’est très beau, il y a juste assez d’eau pour avoir quelques concrétions sans trop patauger, et notamment une grande stalagmite dans la salle du fond. Je cherche rapidement la suite. A priori il s’agit d’une étroiture, dont l’accès se fait par 2 niveaux. On m’a conseillé la veille le niveau supérieur, mais manque de chance je ne l’ai repéré qu’une fois mettre engagée dans le niveau inférieur, très étroit, biscornu, et humide 🙂 ! L’avantage c’est que j’ai repéré les broches pour la suite et que je me suis aussi bien réchauffée.

On casse une croute avant d’attaquer la suite, et me voilà lancée dans une mini escalade pour équiper le début de la main courante du P55.

Ça passe sans trop de problèmes, mais l’équipement est coquin, il n’y a pas grand-chose, et les frottements sont bien difficiles à éviter. On se creuse la tête un moment avec Cécile, car en plus de cela, il me reste désormais peu de matos.

Ça passe quand même, je me lance dans le passage « peu large » et sort en haut du P55 plein gaz, grand ouvert. C’est magnifique, tout recouvert de calcite. Le fameux sablier. Il y a une sacrée ambiance quand on arrive là ! Je me régale à continuer l’équipement au plafond, à fractionner au cœur du sablier, puis à terminer l’équipement du puits avec un pendule terminal.

Le dernier jet de 25 m environ sera équipé directement sur broche (2 x chaise tricoté), il ne me reste que 2 mousquetons pour le dernier frac un peu plus bas.

On fini par arriver bien heureux en bas, c’était pas gagné, nous avons tout posé ! y compris la corde d’intervention de Cécile.

On fait un rapide tour en bas, le lac est superbe. Je repère une corde ascendant un peu plus loin, frustrant de ne pas pouvoir en explorer davantage mais on a déjà pris un peu de retard, nous engageons donc la remontée. On traine pas, ça va vite et bien. Emilien déséquipe son P47 sur broche et moi l’ensemble de la cavité équipée sur spits.

C’est une belle cavité, variée et que j’ai trouvé assez technique. Par contre revoir la fiche d’équipement car avec 15 spits comme annoncé dans la topo initiale, ça doit pas être bien joli.

A refaire pour visiter en entier, avis aux amateurs !

Julie

TPST : 7 h

Participants à l'activité

Julie CJulie C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *