Camp septembre Samoëns, zone des CH

du 31/08 au 09/09/2018 | Samoëns (74 - Haute-Savoie) | France

CR Camp septembre Samoëns

du vendredi 31 Août au dimanche 9 Septembre

Participants : Cédric Chambe, Fred Augey, Arnaud Roux, Tof Ferry, Fred Alvarez, Josiane Lips, Bernard Lips, Gaëtan Poschmann

Vendredi 31/08

Départ du club en début d’après-midi pour Arnoux, Fred Augey, Cécé et Gaë. Arrivée au refuge avant 20h. Soirée pâtes à la Carbonara et extinction des feux pas trop tard pour un levé tôt.

Samedi 01/09

La journée est consacrée au début du montage du camp sur la zone des CH. Nous stockons les quatre charge que nous avons montées dans une tente puis montons faire un tour à la grotte des grêlons, afin de faire un essaie de tire dans le bouchon de glace terminal.

Nous constatons que celui-ci a encore bien fondu et qu’il est maintenant possible de passer entre la glace et la plafond. Fred va jeter un œil au plus loin sur le bouchon et constate que cela redescend derrière. Cela parait presque passable, mais sur la glace, la remontée étroite semble compliquée… Nous attendrons encore une année que le réchauffement climatique travail pour nous !

En ressortant, nous effectuons un tire d’essai dans la glace. Celui-ci fonctionne bien, mais nous constatons que le résultat n’est pas là, rien ne semble avoir bougé : essaie non concluant.

A la sortie, nous nous retrouvons dans le brouillard, ce qui nous vaudra de faire une belle boucle qui nous ramènera au col des Chambres ! Une fois nos repères repris, nous reprenons le chemin de la descente et regagnons le refuge pour rejoindre Tof et JR qui sont arrivés vers 18h.

Nouvelle soirée Carbonara accompagnée de divers breuvages.

TPST : 1h30

Dimanche 02 /09

Nous déjeunons tous les six chez Charlotte, puis Cécé, Arnoux et Fred redescendent sur Lyon. Tof, JR et Gaë montent finir l’installation du camp.

Pendant que Tof s’occupe de l’agencement de la cuisine du camp, JR et Gaë vont au CH3 pour effectuer un tire dans le siphon. Celui-ci est désamorcé et il ne reste plus qu’une baignoire de flotte au fond. Le courant d’air est bien présent et forme même des vaguelettes sur le miroir d’eau.

TPST : 1h30

Lundi 03/09

Matin :

nouvelle descente au siphon du CH3 pour JR et Gaë afin de déblayer le tire de la veille et d’en refaire un nouveau. Pendant ce temps, Tof s’occupe du ravitaillement en eau.

TPST : 2h

Après-midi :

Nous allons tous les trois au CH17 afin d’équiper le trou et mettre les passages étroits au « Tof gabarit ».

Alors qu’il pleuvine quand nous rentrons sous terre, nous aurons le droit à une petite crue qui durera un peu plus de deux heures, nous incitant à rester sagement sous terre en attendant que cela se calme.

TPST : 4h

Mardi 04/09

Matin :

JR descend seul pour faire un autre tire dans le siphon du CH3, pendant que Tof et Gaë reste en surface devant le CH16, histoire de voir si le bruit du tire ressort par là. Nous confirmons bien que le CH16 et CH3 sont bien sur la même faille : on se serait cru sur la zone de tire ! Pour l’instant, seul le bruit passe, mais des travaux d’aménagement du CH16 ne semble pas utile, du fait que la faille arriverait en amont du siphon.

TPST : 1h30

Après-midi :

Nous retournons au CH17 pour finir l’équipement et trouver l’accès à la rivière, vue il y a quelques années par Xa et Steph, mais non explorée/topotée. Nous ne trouvons pas le passage clef (sous forme d’étroiture) qui y mène, mais découvrons sur le bas du P12, un beau méandre fossile. Nous faisons demi-tour sur « rien » au bout de quelques dizaines de mètres, en décidant de revenir le lendemain avec le matos topo.

TPST : 6h

Mercredi 05/09

En fin de matinée, nous partons profiter un peu du soleil, en prospectant sur la zone. Tof reprend plusieurs trous au gps .

Une fois notre capital journalier d’UV atteint, nous nous engouffrons dans le CH17 pour continuer l’explo de la veille et en lever la topo.

Le méandre fossile est plutôt gabarit sur le début. Il est coupé de plusieurs ressauts et par un beau P25 (P15+P10) que nous nommons, puits du marteau. Au bout de 90m, le méandre rejoint une arrivée d’eau venant du plafond. Le petit affluent, se perd une dizaine de mètre plus loin dans une étroiture impénétrable défendant un beau R4 . A ce niveau arrive de la droite, un autre méandre rectiligne mais étroit, où il faudrait jouer de la massette pour progresser. Nous explorons quelques dizaines de mètres, mais ne revenons pas faire la topo.

La suite de cette branche se situe bien au niveau du R4, à la convergence des deux méandres. Nous avons estimé qu’il faudrait deux tires pour pouvoir passer et continuer à suivre cet affluent…

Nous ressortons en déséquipant et topotant.

TPST : 7h

Topo : 100,2m

Jeudi 06/09

La pluie s’est invitée en fin de nuit. Nous prenons le petit déjeuner sous la flotte et redescendons au refuge, en ayant pris soins de ranger le camp avant de partir.

Dans l’après-midi, nous montons au V’Loïse pour continuer la désobe. Nous agrandissons principalement la zone de creusement, afin de pouvoir travailler un maximum à l’aise.

TPAD : 2h

En soirée, arrivée de Josiane et Bernard.

Vendredi 07/09

Journée désobe au V’Loïse. Le travail semble titanesque, mais la motivation est là !

Une fois le permafrost passé (entre 15 et 20cm), les gravats sont facilement extraits. Au file de la journée, la doline à laissée place à une belle terrasse, que Tof s’empressera d’équiper, d’une table en cailloux taillés.

TPAD : 5h

Samedi 08/09

Nouvelle journée désobe au V’Loïse pour Josiane, Bernard et Tof.

Arrivée dans la journée de la famille p’tit Lips.

JR et Gaë remontent au camp pour finir de tous plier, puis vont au CH3 pour commencer la désobe dans le terminus actuel de la branche aval du siphon.

La désobe se situe sur un remplissage sablo-argileux dans une faille, à la base d’un puits borgne. Le courant d’air y est énorme ! L’origine du grondement qui vient de derrière n’est pas définit : JR pense que c’est le courant d’air, moi de la flotte. L’avenir nous éclairera peut-être ?

La faille doit faire dix centimètres de large au maximum, sur une hauteur de trois ou quatre mètres et d’une longueur inconnue. Nous choisissons de vider le remplissage afin de voir si la faille serrait plus grande à sa base. Nous ne finirons pas le travail, qui nécessitera encore une séance pour y voir plus claire, avec un tire ou deux de confort.

Nous ressortons il est 22h ; c’est râpé pour la fondu chez Charlotte !

En redescendant au refuge, nous faisons une halte au B6 afin de faire l’inventaire du matériel laissé (tout tient maintenant dans le gros bidon étanche : adieu les souris !).

Nous arrivons au refuge à minuit passé. Tof qui commençait à se faire du soucis est rassuré.

Faute de fondue, nous nous rabattons sur les Bollinos…

TPST : 7h

Dimanche 09/09

Fin de matinée consacré à la désobe du V’Loïse. Bernard finira la cession en établissant l’acte de naissance officiel du V’Loïse : une belle topo !

TPAD : 2h

Nous quittons le Folly vers 15h pour rejoindre Lyon.

gaë

Participants à l'activité

Frédéric AFrédéric A.
Frédéric AFrédéric A.
Josiane LJosiane L.
Gaëtan PGaëtan P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *