Le Révérend – Grande voie Gorges de la Jonte

le 29/09/2018 | Le rozier (48 - Lozère) | France

La date était marqué dans le calendrier depuis plusieurs semaines.

Un an plus tôt, j’emmenais Thibault faire sa première grande voie en falaise dans les gorges de la Jonte, et sa première sortie sous terre. C’était également notre premier week-end, une semaine après notre rencontre…

Nous avons décidé de repartir sur le même combo gagnant : une grande voie le samedi dans les gorges de la Jonte, bivouac au point sublime au dessus du Tarn, et une cavité le dimanche. C’est

Nous arrivons samedi en début d’après midi au pied des voies du secteur Révérend. Il fait grand beau. Nous devions arriver un peu avant midi, mais avons été bloqués une petite heure sur la route en raison de la course « les 100km de Millau » qui empruntait un tronc commun avec notre route. Ceci nous a néanmoins permis de faire une pause casser la croûte au bord de la route, tout en admirant ces vaillants coureurs. Il y a des personnes de tous ages, c’est très impressionnant !

Nous choisissons de faire la voie du révérend, une belle escalade dans le 5sup d’environ 120 m ,en 4 longueurs. N’ayant pas grimpé depuis quasiment 2 mois, on n’est pas fiers au pied de ce géant de calcaire.

Thibault décide de se lancer en tête. Je suis bluffée, seulement 1 année de pratique d’escalade et il n’hésite pas une seconde quand je lui propose de se partir en premier. Cette première longueur est un peu longue, et pas des plus jolies. En seconde de cordée, avec le sac sur le dos et les chaussures au baudrier, je n’apprécie pas plus que ça la montée. Je me dis que je ne suis surement pas en grande forme, faut dire que je me remets tout juste d’une petite entorse au genoux et presque 2 mois d’interruption de sport… Visiblement ça ne vient pas seulement de moi, quand je retrouve Thibault au relais, il m’avoue qu’il en a bavé, qu’il n’était pas du tout à l’aise. Il a même envie de redescendre…

Je décide de reprendre les choses en main et lui propose de prendre la tête de cordée, lui assurant que le meilleur est à suivre 😉

Et c’était vrai ! La seconde longueur se fait en traversée principalement, celle qui suit aussi. C’est fin mais c’est beau. Je me régale. J’enchaîne facilement jusqu’à la sortie. Thibault finira par retrouver le sourire et du plaisir à la grimpe dans la toute dernière longueur, un beau dièdre en 5c. Un peu impressionnante, mais sans difficulté, équipée comme il faut, un chouilla un peu plus espacé sur la fin, mais rien d’exposé.

Comme souvent à la Jonte, je galère à trouver le rappel de descente. les topos renvoient à un rappel dans la voie « têtes à claques », mais depuis le haut, sans un bout de corde ou même un cairn, au milieu des buis on ne trouve rien. Ce n’est pas très gênant car on peu facilement récupérer un sentier sur la crête un peu plus haut, qui ramène au Capluc où nous avons garé la voiture. la descente par ce sentier est d’ailleurs très jolie.

Le soir nous bivouaquons au belvédère du point sublime, dans notre 4×4 aménagé. Un bien bel endroit où à cette saison c’est devenu très calme. Apéro devant le coucher du soleil dans les gorges du Tarn, au top, avec une petite pensée aux collègues spéléo des vulcains entrain de célébrer les 60 ans du club.

2h30

Participants à l'activité

Julie CJulie C.

Galerie photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *