Résurgence du Git : portage de bouteilles devant le S2

le 22/08/2020 | Saint Quentin sur Isère (38 - Isère) | France

Le weekend à Samoëns étant annulé et Steph voulant sortir la tête de ces cartons, nous décidons d’aller à la résurgence du Git, d’une part pour effectuer un portage d’un bi 4 L au départ du S2 en vue de la prochaine pointe, et d’autre part pour que je connaisse le trou jusqu’au S2.

Etant arrivé un peu en avance au rendez-vous, j’effectue un premier portage jusque pied de la résurgence. Puis, le temps que Steph arrive, que nous papotions, que nous préparions les sacs, que nous nous équipions, nous entrons sous terre vers 15 h 30.

La galerie d’entrée est très sèche, et le siphon est à son niveau le plus bas. Lorsque je me mets à l’eau, le détendeur sur mon relais se met à fuir en continu. Tant pis, je perds de l’air, mais je vais quand même franchir le siphon sur ce relais + détendeur, et tant pis si je le vide. De toutes manières, nous avons du gaz de partout, et pour pas mal d’aller-retours dans le siphon !

Passé les premiers mètres, je double la touille et j’ai un peu de visibilité. Le siphon est magnifique, et finalement, la partie en laminoir que je craignais un peu passe sans problème. Le seul truc, c’est que le fil n’est pas forcément posé correctement, mais il n’y a pas beaucoup d’amarrages possibles.

Sortis du siphon, Steph prend le kit avec le bi 4 L, puis nous remontons la rivière. C’est de toute beauté. J’ai gardé le haut de néoprène, et je fais cocote minute. Sur la vire de la C25 qui n’en fait que 15, je craque et vire le haut, tant pis pour le casque, trop grand, qui bringuebale sur la tête. Ca va tout de suite mieux. Une fois devant le S2, nous faisons un inventaire des bouteilles sur place et de leurs pressions (Steph a les notes). Grosso modo, si je me souviens bien, 3 bouteilles sont à plus de 200 b, 2 bouteilles aux alentours de 160 bars, et 3 autres entre 150 et 70 bars.

Nous redescendons gentiment, et nous re-préparons à plonger le siphon d’entrée. Mon détendeur fuse toujours, et mon relais est plus bas en pression que celui de Steph. Nous échangeons, et en plus, Steph me récupère ma quincaille (que j’avais gardé à l’aller). Je suis du coup plus léger, trop léger. Ca me fait pas mal consommer dès la descente. En plus, mon masque se rempli à vitesse grand V, je n’aime pas ça, mais le vider n’y fait rien. Tant pis, je fais avec. Le laminoir au retour passe encore plus facilement, c’est une bonne surprise.

A la sortie, nous remontons la pente de glaise en en chiant un peu (ça glisse…). Nous laissons nos bi 4 L non consommés (il y a 3 bi 4 entre 180 et 240 bars) au point haut du siphon, et sortons à 21 h tout pile. Le temps de revenir à la voiture, nous changer, donner à manger aux moustiques, nous nous quittons à 22 h !

C’était une superbe sortie, le siphon est chouette, et la rivière de toute beauté, je recommande !

 

 

TPST : 5 h 30

Participants à l'activité

Stéphane LStéphane L.
Xavier RXavier R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *