Retraite de Jean, randos et spéléo

du 18/09 au 20/09/2015 | Samoëns (74 - Haute-Savoie) | France

Vendredi 18 septembre

Je covoiture avec la Flo, puis Pauline et Steph, et nous montons en fin de soirée au refuge où Pernard, Vincent, Carx et Anaïs nous attendent (Ils sont montés à la veille). Josiane nous rejoins encore un peu plus tard.

Samedi 19 septembre

Le matin, la météo est correcte.

Flo, Pauline et Anaïs montent à la pointe Rousse par le Lac, et redescendent par les Lapiez Supérieurs.

Steph, Pernard, Vincent, Carx et moi montons au CP1. Vincent et Carx vont continuer la désobstruction du fond. Visiblement, les Cataphiles ont creusé en haut, pas à l’endroit où nous avions attaqué Steph et moi fin Août. Ils tombent sur de la glace de regel assez rapidement.

Les trois restants continuent dans la combe jusqu’au CP69, un puits soufflant que nous avions repéré fin Août. Pernard et moi commençons à nous équiper, et Steph, qui n’a pas monté son matos nous dit que ça ne sert à rien : il est descendu en désescalade, à fait la topo, et est remonté… Bon, il faudra quand même le revoir avec des pailles et une température plus clémente pour tracer le courant d’air. Au moment où Steph sort du puits, il se met à grêler fort, nous prenons l’onglet et redescendons au refuge.

Les autres Vulcains sont montés ou sont en train de monter. Nous migrons tous chez Jean pour l’apéro puis fêter dignement son départ en retraite. Pour l’occasion, Pernard projette un diaporama retraçant l’histoire conjointe du refuge, de Jean et des Vulcains.

Tout le monde dort au refuge du haut.

Dimanche 20 septembre

Je laisse le soin à chaque équipe/groupe de faire son compte-rendu. La météo est excellente, les lumières sont fantastiques, je regrette l’oubli de l’appareil photo !

Pour ma part, je monte avec Lucille au Lac. Sur le chemin, nous faisons une pause au V4 pour une séance photo avec Gérard et Claude. Au lac, nous rejoignons Karine, Fred D, et Fred A(s). qui se préparent pour continuer l’exploration du B3. Nous continuons à deux dans le vallon des Chambres jusqu’à la base du Cable. Lulu redescend tandis que je continue.

Je monte au col des Chambres en faisant des détours par tous les trous que je connais, ainsi que par les emplacements de bivouac. Je monte au CH3 voir si comme je le pense c’est bien le trou que Fred et Gaé ont revu en début de semaine, et effectivement, le marquage F-3 est toujours présent et bien lisible (un tiret, ce n’est pas la barre du bas d’un E 😉 ), et le matos des Cataphiles est en place (prévoir une nouille pour y accéder). Et comme ils ont eu peur de perdre le trou, ils n’y sont pas allé de main morte, et il y a 3 marquages CH28… Qu’il va falloir effacer !

Je monte ensuite au CH24 (grotte aux Grélons) que je ne connais pas. Sur le chemin, je visite (et note sur mon carnet) deux nouveaux trous. Comme je n’avais pas de peinture, je ne les ai pas marqués. Je trouve le CH24 sans difficultés, et prends 20 minutes pour le visiter. Il y a de la glace, mais uniquement à l’entrée, et tout au fond. C’est de la belle glace transparente, stratifiée, c’est joli. Et puis franchement, la galerie vaut le détour, c’est une vraie conduite forcée, aussi grande que la galeries des Aiguilles au JB. Le fond va être à surveiller de près avec la fonte de la glace, ce serait étonnant que ça s’arrête comme ça.

Je monte ensuite à la pointe de Bellegarde, puis redescend au refuge par le même chemin. La, je retrouve Christophe, avec qui je bois une bière, puis Jean m’invite à manger… Je ne redescendrai à la voiture qu’à 22 h 30.

Participants à l'activité

Frédéric AFrédéric A.
Frédéric AFrédéric A.
Guillaume CGuillaume C.
Frédéric GFrédéric G.
Virginie HVirginie H.
Josiane LJosiane L.
Stéphane LStéphane L.
Xavier RXavier R.
Romain RRomain R.
Vincent SVincent S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *